Mon Carnet Déco

Mon Carnet Déco

Wonder maman : la bienveillance envers les autres, commence par soi même…

Bonjour à vous !

 

Il y a quelques temps, j’ai partagé avec vous un article qui me tenait vraiment à cœur, sur le burn-out

Aujourd’hui, je vais vous parler des leçons que j’en ai tirées… Car même si mon burn-out a été un moment terrible à passer, j’en ai tiré du positif…

 

burn out être bienveillant envers soi

 

Pour rappel, le burn-out est un processus du corps qui nous affecte quand on est en surmenage, physique et psychologique… Il nous « déconnecte » pour notre survie…

 

Je me suis vu tellement épuisée, dés le pied posé par terre le matin… Non, en vérité, même avant… Dès l’œil ouvert, j’entendais mes enfants crier et faire du bruit dans leur chambre, et là, je me demandais comment j’allais pouvoir affronter cette énième journée, alors que j’étais déjà sans forces…

 

Puis, est arrivé ma période déconnexion… Comme si j’étais à l’extérieur de mon corps, et que plus rien ne m’atteignais…  Je m’occupais de mes enfants, certes, mais pas comme je l’aurais dû… Je n’étais plus touchée par leurs câlins, ni leur pleurs, tout me paraissait être une perte de temps fasse à la somme énorme de travail qui m’attendais… j’étais devenu un robot, programmé pour prendre soin de mes enfants, mais sans empathie…

 

J’ai lutté pendant deux longues années contre ce mal qui me rongeait. Lutté… Jusqu'à ce que je me trouve si épuisée, que même parler m’étais devenu difficile… Je n’arrivais plus à me défendre… Et je me traitais de moins que rien… Incapable de faire ce que toute maman fait… Et je vous jure, qu’a ce moment là, mes idées sont devenues très noires…

 

Mais je suis une battante ! Je lutte sans cesse… Mais un jour, j’ai eu un déclic, et je me suis rendu compte que la lutte devenait trop difficile… Alors je me suis laissé couler… Pour de bon. Je me suis donner le droit de m’effondrer… Et c’est à partir de là, que j’ai réussi à remonter.

 

Je me donne l’image d’une piscine… Si on surnage, longtemps, luttant pour ne pas sombrer, on finit par couler, épuisé, et incapable de remonter… Alors que si on se laisse couler au fond, on a la possibilité d’y donner une impulsion pour remonter, et on a même la force de rejoindre le bord pour en sortir…

 

Donnez-vous le droit à la faiblesse… Ce n’est pas une faute…

 

Suite à cette épisode qui m’a considérablement renforcée, je vous donne quelques astuces que j’ai mises en place pour essayer de ne pas retomber :

 

La première, c’est de vous considérer comme un enfant. Parlez-vous comme vous parleriez à un enfant ! Jamais vous ne lui diriez « aller, soit plus fort, tu abuse là, tu n’en fais pas assez !!! Tu n’as pas honte d’être si faible !!! » Soyez bienveillant envers vous-même comme vous le seriez avec les autres… Parlez-vous comme à un ami… et appliquez les conseils que vous donnez aux autres…

 

La deuxième, c’est de vous créer une liste de vos priorités… Je ne vous parle pas de votre travail, mais de votre vie. Quelles sont vos priorités pour être heureux ? Notez-les, gardez cette liste précieusement, dans un carnet de bonheur, par exemple, et quand vous commencez à vous sentir débordé de tous côtés, ressortez-là, lisez-là, et appliquez-la…

 

Ensuite, faites une liste de vos projets… Dans l’ordre de priorité, et ne les attaquez qu’un par un… On sait tous cette réputation qu’on les femmes de savoir faire plusieurs choses à la fois, mais je vous assure que de ne vous concentrer que sur une seule chose à la fois, ça nous permet de le faire bien, et surtout, sans épuisement

 

Et enfin, je vous propose de réapprendre la patience… Même si on est dans une société du « Tout ! Tout de suite », patienter, et voir un projet se concrétiser, en appréciant chaque étape, pour finalement le voir aboutir comme nous le souhaitions, c’est une joie sans pareil…

 

Et comme je vous le dis dans le titre, la bienveillance envers les autres commence par soi même… J’apprends à écouter ce qu’on me dit, les compliments qui me sont fait, et j’apprends à faire confiance en ceux qui me les disent… Oui, si on me dit que je suis jolie, c’est que c’est vrai, oui, si on me dit que je suis intéressante, c’est que c’est vrai aussi… Arrêtons de penser que tout n’est qu’hypocrisie, et vous allez voir quel poids cela retire de nos épaules déjà bien chargées…

 

Votre regard sur les autres changera, l’empathie arrivera, et ainsi, la bienveillance suivra : celle envers les autres, et celle envers vous-même…

 

Donnez moi votre opinion, vos idées, votre ressenti sur ce sujet, débattons, échangeront… Je vous attends, avec bienveillance…

 



10/09/2015
52 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2277 autres membres

Google+