DécorationQuel est le prix d'une nouvelle salle de bain ?

Quel est le prix d’une nouvelle salle de bain ?

La rénovation d’une salle de bain n’est généralement pas une priorité. Cependant, si vous emménagez dans un nouveau logement où la pièce est trop détériorée ou démodée, des travaux seront inévitables. Rénover sa salle de bain permet également de faire d’importantes économies d’eau et d’électricité grâce à l’optimisation des systèmes de plomberie, de chauffage et d’électricité. Quel est le prix d’une nouvelle salle de bain : budget et aides, voici nos réponses.

Quel budget pour une salle de bain ?

Le budget d’une salle de bain est très variable. Plusieurs éléments sont à prendre en compte pour pouvoir l’établir :

  • type de projet : rénovation partielle ou complète ;
  • superficie de la salle bain ;
  • réseau d’eau et raccordements ;
  • choix et qualité des matériaux, du mobilier et des équipements ;
  • dépose et pose des éléments présents, par un professionnel ou en tant que particulier.

Le budget moyen d’une petite salle de bain (5㎡) est d’environ 4000€ et celui d’une grande salle de bain (plus de 9㎡) se situe entre 10 000 et 20 000€, voire 30 000€ pour une salle de bain de luxe. La rénovation d’une salle de bain comprend le mobilier, les revêtements (sols, murs et plafonds), la plomberie,  l’électricité et les équipements :

  • douche (selon les modèles) : classique avec bac receveur : 600€ ; cabine prête à poser : 1000 à 3000€ ;  à l’italienne : 2000 à 4000€ ;
  • baignoire (selon les matériaux) : classique et droite 200€ ; en angle : 400€ ; îlot : 500 à 1000€ ; balnéo : 2000 à 4000€ ;
  • vasque : 600 à 1000€ ;
  • mitigeur : 60 à 200€ ;
  • WC classiques : 300 à 500€ ; WC suspendus pour une salle de bain sous combles par exemple : 500 à 800€ ; WC lavants : 1000 à 1500€ ;
  • sèche-serviettes ou radiateur électrique : 500 à 1500€.
Quel budget pour une salle de bain ?
Source : shutterstock.com

Quel budget pour refaire une salle de bain soi-même ?

Refaire une salle de bain soi-même permet de faire de grosses économies, notamment en ce qui concerne la main d’œuvre. Cependant, on ne s’improvise pas plombier et si vous souhaitez rénover votre tuyauterie, il est vivement conseillé de faire appel à un professionnel pour s’assurer d’une parfaite étanchéité et éviter fuites et dégâts des eaux. Les honoraires d’un plombier sont en moyenne de 50 à 75€ de l’heure. La main d’œuvre pour la pose d’une douche ou d’une baignoire varie de 300 à 1000€ selon l’artisan. Pour le reste, comptez environ 500€ par ㎡. En ce qui concerne la décoration notamment :

  • revêtement : 50 à 90€ le ㎡ selon le type de matériaux (grès, ciment, carrelage, pierre naturelle, jonc marin, faïence, parquet spécial bain, lino, etc.) ;
  • peinture avec enduit spécial salle de bain : une cinquantaine d’euros le mètre carré ;
  • mobilier : meuble pour vasque : 500 à 1000€ ; 100 à 300€ pour une colonne de rangement. Récupérez un meuble dans un vide-grenier à customiser et à découper sur mesure vous-même sera beaucoup plus économique ;
  • éclairage : miroir lumineux autour des 200€ et barre de spots LED, moins énergivores, environ 100€.
Quel budget pour refaire une salle de bain soi-même ?
Source : shutterstock.com

Quelle aide pour refaire sa salle de bain ?

Une aide spécifique est accordée par l’Etat pour la rénovation de sa salle de bain dans des conditions assez strictes. Les travaux doivent concerner :

  • les équipements sanitaires : douche, lavabos, WC, etc. ;
  • les équipements de sécurité et d’accessibilité de la salle de bain : barre de maintien, revêtement antidérapant pour le sol, mobilier réglable, etc.). 

Si vous réalisez vos travaux par un professionnel, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt de 25% afin de rendre votre salle de bain accessible aux personnes à mobilité réduite ainsi qu’aux personnes âgées. Un programme d’aide appelé “Habiter Mieux” est également proposé dans le même contexte :

  • 35% du montant des travaux pris en charge pour les foyers aux ressources modestes ;
  • 50% du montant des travaux pris en charge pour les foyers aux ressources très modestes ;
  • attribuée pour les travaux permettant une réduction de 25% de la consommation énergétique.

Voici les conditions à respecter pour bénéficier de cette aide : 

  • l’habitation doit dater de plus de 15 ans et être la résidence principale du senior ou de la personne à mobilité réduite ;
  • ne pas avoir perçu d’aides de l’Etat au cours des 5 années précédentes ;
  • justifier de travaux de plomberie ;
  • estimer le montant total des travaux au minimum à 1500€.

Pensez également à vous renseigner sur le crédit d’impôt de transition énergétique (CITE) et à demander la souscription d’un éco-prêt à taux zéro.