Décoration Refaire l'électricité : à quel prix ?

Refaire l’électricité : à quel prix ?

D’après l’Observatoire National de la Sécurité des Installations Électriques (ONSE), environ 7 millions d’habitations en France ne sont pas conformes aux normes électriques en vigueur. Refaire l’électricité peut donc être motivé par des raisons de sécurité, mais aussi de fonctionnalité et d’optimisation de ses dépenses énergétiques. De nombreuses aides et subventions existent pour vous aider à payer les coûts de cette rénovation électrique.

Quand faut-il refaire l’électricité ? 

Vous pouvez décider d’entreprendre des travaux de rénovation électrique dans votre maison ou votre appartement si vous souhaitez vendre votre habitation, la mettre aux normes électriques ou réduire et optimiser votre consommation d’énergie. Les installations électriques doivent répondre aux normes NF C 14-100 et NF C 15-100, ainsi qu’à la réglementation en vigueur dans le pays.

De nombreux foyers français ne sont malheureusement pas conformes et, en plus de faire grimper la facture d’électricité à cause des déperditions d’énergie et d’une surconsommation électrique, ils mettent en danger la vie des occupants : court-circuit, risque d’incendie et d’électrocution pouvant mener à des brûlures et même à un arrêt cardiaque. Il est vivement conseillé de faire appel à un professionnel comme à Montpellier AD Plombiers et Electriciens, surtout si vous n’avez aucune notion dans ce domaine.

Combien cela coûte ?

Le budget consacré à une rénovation électrique est très variable car il dépend de différents facteurs :

  • rénovation partielle ou complète selon l’état de l’installation actuelle ;
  • honoraires de l’artisan ou de l’entreprise : en moyenne 40 à 60€ de l’heure (voire plus dans les grandes villes) ;
  • qualité et quantité du matériel et des matériaux ;
  • type de câblage : distribution électrique apparente ou encastrée (donc saignées) ;
  • matériel à rénover (interrupteurs, tableau électrique, etc.).

Sachez qu’en cas de rénovation électrique, le coût de la main d’œuvre, du matériel et des matériaux est soumis à une TVA de 10%. En revanche, l’achat indépendant des fournitures en magasin de bricolage est soumis à la TVA classique de 20%. La rénovation complète d’une installation électrique est estimée à une centaine d’euros au mètre carré. Pour vous faire une idée, si vous habitez un appartement de 50m², comptez environ 5 000€ de travaux ; pour une maison de 120m², prévoyez 12 000€ de budget.

Combien cela coûte ?
Source : shutterstock.com

Y a-t-il des aides de l’État ?

Si vous devenez propriétaire d’une construction neuve, vous êtes couvert par la garantie décennale qui couvre les vices et malfaçons de votre habitation pendant 10 ans : demandez ce document à votre électricien lors de son intervention. De nombreuses aides financières ont également été mises en place par l’État, les régions, les départements et la CAF notamment, pour encourager les particulier à mettre aux normes leur installation électrique : 

  • subventions de l’ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat) allant de 1 600 à 15 000€ : logements de plus de 15 ans, ressources inférieures au plafond fixé, aucune souscription à un prêt à taux 0 au cours des 5 dernières années. L’ANAH bonifie cette prime pour les logements ayant une étiquette énergétique F ;
  • éco-prêt à taux 0 en cas de projet d’économie d’énergie nécessitant au moins 2 travaux distincts : 20 000€ (voire 30 000 pour 3 travaux) à rembourser sur 15 ans ;
  • prêt à l’amélioration de l’habitat : plafonné à 1 067,14€ et octroyé par la CAF aux propriétaires ou locataires ;
  • prime d’amélioration de l’habitat principal : versée à la fin des travaux pour les propriétaires dont les ressources ne dépassent pas le plafond fixé par la Direction Départementale de l’Équipement ;
  • chèque énergie : d’une cinquantaine d’euros à près de 300€ par an (en 2020 : de 48 à 277€). Le chèque est envoyé aux locataires ou propriétaires en avril, sans démarche préalable, selon la composition du foyer et des ressources ;
  • prime énergie : selon certains critères d’éligibilité, les fournisseurs d’énergie eux-même octroient cette prime aux particuliers rénovant leur installation électrique ;
  • prêt à l’accession sociale (PAS) : 4 000€ minimum pour financer des travaux d’au moins 4 000€ au total, dans des logements ayant moins de 10 ans ;
  • “MaPrimeRénov” pour tous les travaux d’isolation et de rénovation de chauffage (plafonnée à 20 000€, sous certaines conditions et remboursable sur 5 ans), issue de la fusion du crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) et de l’aide de l’ANAH “Habiter mieux”.

Faites établir des devis auprès de plusieurs entreprises et artisans pour comparer et estimer les coûts de votre rénovation électrique. N’hésitez pas à demander les aides, subventions et prêts existants.